Naissance du Deep-Conscience

Le Deep-Conscience est né pour moi même et pour nous tous, nous sommes tous le professeur de quelqu’un.
D’une méthode autodidacte grâce à mon enfant libre, j’ai appris à apprendre au travers d’eux et à travers la pluralité de leurs enseignements, mais aussi de mes capacités synesthésiques.
Il est évident que selon le cycle normatif les professeurs devenus et en devenir sont mes professeurs.
J’ai été, je suis et serai toujours observatrice de mes propres observations ; témoin du résultat concluant qui me permet de faire progresser ce concept afin de le rendre mature un peu plus chaque jour que je l’exerce.
Les émotions ont besoin d’être nommées et reconnues pour y mettre l’accent.
Je vais donc vous parler de certaines d’entre elles qui m’ont permises de donner vie au Deep-Conscience.
En 1990, j’ai été adoptée par une mère qui ne m’a pas porté 9 mois dans son ventre mais 9 mois dans son cœur. Et là ! J’ai connu le combat intérieur lié au bonheur.
Après quelques années d’expérience et d’influence biochimique (interne) et environnementale (externe) avec les dispositions que j’avais ; j’ai entrevue plusieurs d’entre elles.
En 2004, j’ai perdu ma mère, la rencontre d’incompréhension, tristesse, culpabilité et peur m’a amené au combat intérieure mais aussi extérieur face au mépris. J’ai donc commencé à essayer de comprendre les émotions primaires et leur intensité tout en les expérimentant pour arriver à comprendre nos émotions secondaires et leurs modèles multidimensionnels ; par exemple prenons la peur , son aspect dimensionnel s’étreint sur la panique dans son intensité , ce qui rend similaire la culpabilité à la honte mais qu’on retrouve aussi dans la joie qui elle, est une émotion contraire mais nous retrouvons parfois la peur dans la joie à la fois , sa polarité est donc joie=tristesse.
Après de multiples autres événements, si je puis dire « dramatiques » ou vécus comme tel, j’ai compris que nos émotions primaires se développent durant l’enfance (0 a 12 ans). En fonction de nos expériences, mettant en place le schéma de nos émotions secondaires à l’âge adulte (25ans) , ceci dit des études sont effectuées et aucune en général ne se situe au même âge car ce ne sont que des théories, en réalité tout dépend des chemins de vies , expériences et capacités cognitives de chacun ; c’est une partie de ce qui fera l’évolution d’un individu.
Quand je vous parle de multiples événements, il y a tant l’aspect professionnel à travers mon parcours atypique que personnel ; longtemps j’ai travaillé en tant qu’animatrice et coordinatrice de projet culturel lorsque j’ai validé mon BAFA à l’âge de 17 ans.
On me donnait beaucoup de responsabilités dans la gestion d’un groupe, mises-en place d’ateliers. Mes idées exploitables finissaient par être mises en œuvre.
Avant cela, je suis partie en internat faire des études en Belgique accès sur l’éducation ou je n’ai pas fait plus d’une année car je ne trouvais pas ma place.
Revenue en France, je suis partie à Lille où j’ai fait mon service civique. J’ai été jusqu’au bout.
Ensuite j’ai passé un casting à Paris pour avoir accès à des auditions dans le sud pour faire un stage encadré par des professionnels à Toulouse. Acceptée, je n’ai la encore pas été jusqu’au bout du stage, je ne trouvais pas ma place non plus.
Je suis partie dans la ville de Beauvais faire une préparation au concours de moniteur éducateur, j’ai eu mon concours écrit sur le thème de l’acculturation avec une excellente note de 18/20 mais je n’ai pas été reçue à l’oral.
J’ai donc quitté Beauvais pour revenir vivre sur Lille, je me suis rendue à Paris pour passer un test dans une école de danse de mon propre gré. J’ai été reçue.
 Je me sentais enfin ma place. En parallèle, je faisais une école de coiffure à Lille ou je me rendais une fois sur deux car ma priorité était de devenir chorégraphe à Paris. Je n’ai pas eu mon certificat de coiffure avec l’école mais je l’ai passé en candidat libre et je l’ai eu.
Après expérience des deux écoles, je suis partie en tant que fille au pair dans une famille dirigeant les parcs d’attractions luna-park vers st Tropez sur trois mois où j’étudiais par moi même le comportement humain dans ses diverses situations et contextes de vie, mon rôle était de m’occuper de l’éducation des enfants et de les aider dans leur apprentissage. Ils me nommaient super nanny au vu de l’évolution qu’avaient fait leurs trois enfants âgés de 5ans, 8ans et 10ans sur ces trois mois, or qu’eux n’avait pas réussi en un an. J’essayais donc de leur expliquer que tout consistait à avoir une bonne communication et à trouver la bonne communication.
Je suis partie à Lyon après cela ou je me suis inscrite à des cours du soir en psychologie, je travaillais en alliance dans une école maternelle/CP en tant qu’éducatrice de vie scolaire la journée et ou je continuais à donner des cours de danse les mercredis aux enfants inscrits au centre de loisirs. Ma directrice qui avait beaucoup d’influence en mairie de Lyon m’a fait savoir qu’elle tenait beaucoup à ce que j’organise un spectacle avec tous les enfants intéressés par ce que je faisais, 4 arrondissements concernés. Ce fut un gros challenge relevé sur l’année avec des enfants des quartiers en zone prioritaire. Elle m’a beaucoup encouragé à continuer à faire ce que je faisais même si elle ne savait pas y mettre de mot.
Chaque ingrédients de mes expériences m’ont construites et ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui, créant la recette du Deep-Conscience étape par étape . J’ai compris qui j’étais et que j’incarnais cet enfant libre qui est en moi me permettant d’être moi même avec toutes les clefs que j’avais accumulées sur mon parcours;
 J’avais pris conscience que je faisais parti de ces personnes qui à l’âge adulte permettent de rendre visible ce qui à l’œil nu nous semble invisible ; d’où l’intérêt de dire que nous sommes tous le professeur de quelqu’un.
 Il est important de se voir et de s’entrevoir pour faire germer la compréhension de soi et trouver l’équilibre. Il faut être audacieux pour chercher en soi l’impulsion vers le changement sur notre évolution. Réfléchir à l’influence que peuvent avoir nos expériences, notre environnement, la société, nos proches, nos connaissances, notre composition cérébrale etc.. sur nos vies ; dans son passé, son présent et surtout son futur car on se construit avec ce qui a était, ce qui est pour enfin, vivre ce qui sera.
J’apprends en apprenant de ma propre évolution et de mes propres expériences de vie, qu’elles me semblent bonnes ou mauvaises, stables et tangibles ou contestables, j’apprends à apprendre et à être non seulement spectatrice mais observatrice et actrice à la fois.
Mon concept, c’est aussi la modélisation de mes pensées sur ce que je ressens et ce qui m’inspire dans la vie.
De nature très intuitive, en 2012 je me suis donc servi de mon enfant libre, tantôt blessé par mon expérience de vie paradoxalement riche sur le fond pour rédiger mon business plan.
Lorsque j’ai commencé à rédiger mon business plan qui allait devenir ce concept, j’en ai parler à la BGE qui aide les créateurs d’entreprise, mon conseiller me disait que c‘était un projet trop futuriste pour le mettre en place au moment de la création mais il m’a aidé à lui donner naissance afin de le matérialiser.
J’ai ainsi exercer à Roubaix à la zup de l’Alma, j’étais animatrice culturelle puis j’ai parlé en amont de mon projet Deep-Conscience. Curieux, ils m’ont donné ma chance. J’avais une salle et un groupe de collégiens avec qui on a étudié le thème de la délinquance émotionnelle au travers d’une chorégraphie et un atelier écriture. Le projet à interpellé une personne qui travaillait à la radio « Boomerang », avec mes élèves nous avons donc fait une émission sur la délinquance et décrit en quoi consistait le projet Deep-Conscience.
Aussi, dans le cadre de ce projet, j’ai pu réaliser un tournage sur le quartier et ses habitants et avoir l’interview d’un sociologue connu : Omero Marongiu (docteur en sociologie et spécialiste de l’islam français) .
Déterminée à progresser, avec la volonté et la persuasion que ce projet pouvait fonctionner et susciter du monde pour permettre d’éveiller les consciences, j’ai décidé de partir à Paris en 2015 pour expérimenter mon expérience et rendre plus considérable ce projet.
Un sac, une connaissance sur place dans la banlieue parisienne du 91 dans la ville de Epinay-Sous-Sénart m’a permis de m’installer et de le concrétiser.
J’ai demandé un rendez vous avec un élu en mairie et j’ai fait ce que je suis entrain de faire avec vous pour étendre ce concept.
Elle ma positionné sur la Réussite-Educative ou j’ai mené mes ateliers d’aide au développement personnel avec des enfants de 6 à 10ans, grâce au programme que j’avais créé et rédigé durant ces trois dernières années avant 2015.
Conjointement, j’ai créé ma compagnie de danse, j’ai intégré mon concept, pour ce faire j’avais également présenté mon projet à une association qui m’a aussi donné sa confiance en me louant une salle à l’année.
J’ai trouvé mes 6 premiers élèves pour ensuite grâce au bouche à oreille en avoir une vingtaine de fidèle.
Depuis 2015, d’autres programmes sont nés pour faire fleurir mon panel de connaissance.
J’étudie également l’hypnothérapie.
Mon concept est en perpétuel mouvement, c’est pour ces raisons que je tiens à le faire prospérer.

3 Comments

  1. Chère Dorothee,
    Merci beaucoup pour l’accompagnement que j’ai pu bénéficier tout au long de nos séances. D’une grande d’aide, à l’écoute, professionnel, et je me suis toujours sentie pleinement entendu, les outils thérapeutiques été ciblé en fonction des problèmes que je vivais et non issu d’un protocole général censé se baser pour tout le monde.
    Un grand grand merci 🙏🏻🙏🏻🙏🏻🙏🏻

  2. Dorothée sait faire preuve de patience et de perspicacité, elle donne des conseils qui aident à trouver les réponses à nos questions . merci beaucoup Dorothée pour ta gentillesse et ton sens de l’écoute. Tu m’as permis de faire de mon futur une vie meilleure qui me ressemble. 👏👏👏🤝🔑

  3. Une douceur sans nom, une aide précieuse dans un moment particulièrement difficile de ma vie, elle a su mettre des mots sur mes maux, elle m’a aidé à faire le tri dans mes émotions, mes besoins … Merci pour tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>